27 janvier 2008

Nitroglycérine-moi

Me voilà enfin de retour après une nouvelle longue absence (certes, un peu plus courte). Mais à vrai dire, c'est dur de se remettre à un blog alors qu'on n'a pas pu s'en occuper pendant des mois.

Cet article est un peu un melting-pot de tout ce qui se passe dans ma tête (plutôt un échantillon dirons-nous). Donc par où commencer me diriez-vous, et bien par un mini-montage (très modeste) que j'ai du faire il y a une semaine (un peu moins je crois) un soir où ça allait bof bof (soyons clairs ^^).

Vide

En fait j'ai été victime de ce qu'on appelle un ras le bol total, une saturation au stade terminal (en clair je ne peux plus ronger ce qui ne va pas, j'en suis devenu incapable... ou presque). Et de quoi ? Et bien des mêmes et sempiternelles choses qui font que ma vie n'est pas de "coton et d'eau de rose" (dixit M. Borowice, c'est pas que cette expression n'a aucun sens mais bon).
Mais il y a une chose dont je me suis rendu compte. Je ne suis pas moche. Non !!! (Ouah, Kiri devient un peu plus positif). Ola, bourricot, n'achète pas la peau de l'ours avant qu'elle soit à vendre (remix ^^). Donc je ne suis pas moche, mais je suis ultra rien. C'est à dire que bah... il n'y a rien qui ressort. Je me regardais dans le miroir et je ne voyais rien, enfin il y avait tout de même mon reflet (bien vu l'aveugle ^^) mais rien qui n'en ressorte. C'est bizarre comme sensation.
Sinon, bah rien n'a changé. C'en est déroutant, de devoir toujours se torturer l'esprit pour presque rien (en comparaisons d'autres événements). Enfin bref, ça va jamais très fort mais ces derniers jours plus particulièrement. Pour deux raisons, la première je la garderai pour moi, un événement a fait que je désespère encore plus côté sentimental (Bonjour je suis l'alter égo de Lisa. L'allemande de trente balais avec un appareil dentaire et une tignasse indecriptible, et je suis un romantique neuneu à la limite du pré-ado attardé boutonneux).
La seconde, la voici :

La semaine du Bac Blanc

Je suis angoissé au plus haut point. Quand je vois comment je suis, j'ai beau ne pas être totalement débile (sinon je ne serais pas en terminale), j'ai l'impression que ça va pas le faire. Depuis mes 6 ans, je suis un récalcitrant de l'école, chaque année je ronge mon frein pour tenir un peu plus. Mais là (et on revient à l'idée de départ), je sature, j'en peux plus. Je n'ai pas les nerfs assez solides, je suis faible. D'autant plus que, qui dit Bac dit après-Bac, et là c'est encore pire. Je crois avoir trouvé vers quoi m'orienter mais le tout est de savoir si je peux y accéder et non me vautrer au Bac comme une merde (sachant que tout mon entourage de terminale l'aura eu). Et je me sens d'autant plus stressé que tout le monde dit : "Mais le bac ça ne vaut plus rien. Tu l'obtiens trop facilement.". Certes, et ceux qui se vautrent sont alors considérées comme des déchets. 90% de réussite au bac, alors on me dit que ça ira. Mais 10%, ce n'est pas à négliger.
Enfin bref, l'après me fait peur, le Bac m'angoisse, et le Bac blanc me stresse (car ça sera la preuve que, le Bac, je peux ne pas l'avoir)...

Et oui je n'ai pas changé, je me plains toujours. Je ne trouve que ça à faire, même si ces "problèmes" sont superficiels.

Mais si il y en a un qui cherche les ennuis, faut qu'il sache qu'il aura le droit à un...

poing_c34d6

FIST !!!

Fis-t-eam, en action !
(avec des gants parce que sinon c'est pas propre)

Posté par Petit Kirikou à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Nitroglycérine-moi

Nouveau commentaire